<- Retour à la news

Michèle Rouge nous partage sa visite…

Monsieur Debongnie nous a reçu de façon très cordiale pour une visite passionnée et passionnante. C’est donc une entreprise familiale où Monsieur travaille avec Rita, son épouse, et 2 associés. Ils réalisent aussi bien des restaurations d’œuvres d’art anciennes et de grande valeur, des réparations, des créations, et, comme pour c’est le cas pour nos vitraux d’Hocus Pocus, le nettoyage et le double vitrage de vitraux divers. 

L’atelier est extrêmement bien organisé et les pièces ont chacune leur fonctions précises. Les produits utilisés sont souvent corrosifs et dangereux. Monsieur Debongnie nous explique longuement les différents verres qui existent et leurs particularités à chacun. La plupart de ceux-ci sont des verres soufflés. Les couleurs d’une diversité extraordinaire (des plus doux au plus chatoyants) et lumineuses peuvent être données au verre dans la masse ou en surface seulement (la tranche du verre est donc claire et transparente).

Certains verres présentent des surfaces grumelées ou striées tout à fait spécifique comme le verre « Cathédral » que nous découvrons dans plusieurs vitraux en cours de restauration. De manière très particulière et portant des termes tout à fait spécifiques chaque fois, le travail de dé-sertissage, de nettoyage puis de re-sertissage au rail de plomb nous est expliqué. Extrêmement méticuleux , ce travail demande une attention et une  précision étonnantes. Parfois proche du puzzle pour reformer un vitrail abimé, faire ou refaire le gabarit, parfois redécouper, recolorer puis réinsérer dans un ensemble totalement cerné de rails de plomb. Ces rails, en H ou en Y, sont croisés, entrelacés, courbés, écrasés souplement et fermement avec un outil assez rustique, puis soudés en un point précis de chaque  croisement ! Nous assistons à une démonstration de chacune des étapes. Monsieur Debongnie nous explique les différentes  traitements qu’il compte donner à nos chers vitraux : léger nettoyage et ré-encadrement en vue de nouveau vitrage de protection. Apparemment, il semble qu’ ils n’auront pas besoin d’autres restauration mais seront précieusement gardés ici pendant les travaux de la piscine. 

Nous  montons ensuite à l’étage où sont réalisés les études précises et les travaux encore plus méticuleux (mesures, dessins, recherche de couleurs) et où différents collages peuvent être réalisés à froid ou à chaud selon la nécessité. Plusieurs fours sophistiqués et informatisés permettent également la création de nouvelles pièces (entre autre fusain et collage.) 

Nous avons énormément de questions à poser à Monsieur Debongnie, qui y répond avec précision et intérêt. Jamais plus nous ne regarderons un vitrail avec le même œil ! Les lumières merveilleusement colorées de ces vitraux nous ont dévoilé un art étonnant, une richesse surprenante de techniques spécifiques…

Blanmont, 20 février 2021